Actualités

05.08.2022 15:06 Il y a: 119 days

Centre Jean Monnet - Au milieu de l’été, une très bonne nouvelle !


Le Centre d’excellence Jean Monnet franco-allemand piloté par l’Université de Strasbourg et dont l’Euro-Institut fait partie est renouvelé par la Commission Européenne.

Ce centre vise pour les trois prochaines années à créer un observatoire des espaces frontières comme laboratoires d’intégration européenne. De par son caractère transfrontalier franco-allemand intégré, il est également conçu comme un outil pour la résilience des régions frontalières comme modèles d’une Europe sans frontières.

En effet, la crise sanitaire de la COVID-19 a mis à mal le paradigme d’une Europe sans frontières et les espaces frontières sont redevenus pour un temps des zones d’attente, de contrôle, et d’interdiction de passage, caractérisées par les barrières et les barrages policiers. Les fermetures de frontières ont eu de lourdes conséquences et la question de la résilience des régions transfrontalières et de leur avenir dans l’UE comme modèles de l’intégration européenne se pose.

D’un côté, cette crise a révélé les faiblesses de la politique européenne face à ces espaces frontières. De l’autre côté, la crise sanitaire a aussi mis en lumière les potentialités du territoire frontalier pour développer des solutions adaptées pour une résilience de la mobilité aux frontières et une meilleure coopération transfrontalière.

En rassemblant une équipe franco-allemande de spécialistes des Etudes européennes et des Border Studies à Strasbourg et à Kehl, le Centre d’excellence Jean Monnet souhaite répondre à ces défis. Il créera un pôle d’excellence sur les espaces frontières et leur rôle dans l’intégration européenne qui permettra de générer de nouvelles connaissances sur la résilience des espaces frontières dans les crises européennes.

Trois questions seront au cœur de cet observatoire transfrontalier : comment la crise COVID-19 a-t-elle affecté les espaces frontières et leurs populations ? Quels sont les effets à court et long terme de la crise sanitaire sur la coopération dans les régions frontalières ? Quels sont les facteurs de la résilience des espaces frontières comme laboratoires d’intégration européenne ? En répondant à ces questions, le Centre d’excellence génèrera de nouvelles connaissances et compétences sur le rôle des espaces frontières dans l’intégration européenne.

Le Centre d’excellence interviendra pour ce faire dans trois domaines clés.

1- La recherche : un cycle de 6 séminaires sera proposé sur les thèmes suivants : Résilience et l’asymétrie administrative ; Désinformation et résilience démocratique ; Résilience mentale et la mobilité des personnes ; Confrontations sportives dans les espaces frontières européens sous tension ; Résilience économique des régions frontières ; Frontières résilientes et échelles urbaines. Par ailleurs, un séminaire doctoral sera organisé. Ces différentes activités seront capitalisées via des publication.

2-La formation : initiale tout d’abord avec une nouvelle offre de Master conjoint sera développée dans le domaine de la mobilité transfrontalière (European-Mobility-Master LL.M), continue ensuite avec trois formation-conférences qui auront la double ambition de permettre l’échange entre praticiens et chercheurs et d’éclairer les thèmes développés lors des séminaires de recherches proposés par le Centre. Les thèmes traités seront : les services publics transfrontaliers ; la numérisation et ses conséquences dans les régions frontières et pour surmonter les obstacles de la coopération transfrontalière ; la communication interculturelle et ses nouveaux enjeux. Enfin un dispositif de 18 capsules d’enseignement sera constitué afin de pouvoir proposer une offre de formation en ligne.

3- L’ouverture à la société civile : des « borderwalks (promenades sur la frontière) » seront mises en place et permettrons au citoyens d’être accompagnés dans leurs observations de la frontière et de partager leurs réflexions. En outre 3 webinaires-observatoires organisés pour un public plus large d’étudiants et d’acteurs de la coopération transfrontalière en Europe.

L’Euro-Institut fera partie du comité de pilotage du projet et sera principalement en charge des formations-conférences, de la réalisation de quelques capsules ainsi que de la co-organisation des Borderwalks. Il ouvrira également le projet vers le TEIN (Transfrontier Euro-Institut Network) afin de permettre les échanges avec d’autres frontières européennes tant aux niveaux des enseignants chercheurs que des étudiants.